Le marketing de réseau

MLM VS HARCÈLEMENT

MLM VS HARCÈLEMENT

Va-t-on trop loin avec notre MLM ?

01/07/2019 – Johnny Ross (co-fondateur de Mackana Inc.)

En effet, va-t-on trop loin en voulant promouvoir notre MLM ? À vouloir trop en faire et à pousser au maximum nos arguments de vente, risque-t-on de se mettre à dos pleins de gens ? Peut-être qu’à vouloir réussir à tout prix, nous mettons notre carrière de distributeur en péril et nous risquons très fortement de compromettre la crédibilité déjà très fragile du marketing de réseau ? Voyons voir ce qu’il en est.

Jusqu’où peut-on se permettre d’aller dans la promotion de nos produits et de notre opportunité d’affaires quand on est un distributeur en marketing de réseau ? Peut-on tout se permettre ? Je vais répondre sans équivoque par la négative. Il est même fort regrettable de penser que tout le monde doit acheter vos produits, vous proposer de présenter une démo ou d’en devenir inexorablement un distributeur tout simplement parce qu’il ne peut en être autrement étant donné que vous leur proposez des produits de très hautes qualités et parce que votre opportunité d’affaires est la meilleure chose qui soit, selon vous. Pourtant, je sais que plusieurs distributeurs peuvent pousser très loin pour mettre en valeur leur entreprise de marketing de réseau et on parle ici de harcèlement pur et simple. On veut tellement réussir, on croit tellement à nos produits et à notre plan d’affaires qu’on ne peut imaginer que quelqu’un, principalement nos proches, ne puisse être intéressé par ce qu’on leur offre. Eh bien non. Détrompez-vous ! Bien qu’il soit fort probablement vrai que vous proposiez des produits de très hautes qualités, que votre opportunité d’affaires soit des plus alléchantes et que toute personne, en y mettant les efforts nécessaires, puisse en arriver à une liberté financière, le marketing de réseau n’intéresse pas tout le monde et n’est pas fait pour tout le monde. Ne vous en déplaise, mais il faut absolument que vous vous rentiez ça dans le « ciboulot ».

Alors, jusqu’où peut-on se permettre d’allez dans la promotion
de nos produits et de notre opportunité d’affaires ?

Tout d’abord, la question que l’on se pose très souvent, c’est « dois-je en parler à tout le monde ? » À mon humble avis, il n’y a pas de mal en à parler à plus de gens possibles. Tout simplement puisqu’on ne peut juger personne. À la base, le marketing de réseau peut intéresser tout le monde. Pas besoin d’être un vendeur né, d’avoir des diplômes plein les murs ou de posséder un bassin de connaissance quasi illimité. N’importe qui peut réussir dans le marketing de réseau dans la mesure où le concept peut l’intéresser et qu’il soit prêt à faire les efforts nécessaires à sa réussite. Mais ce qu’il faut absolument éviter, c’est de harceler les gens autour de vous tant et aussi longtemps qu’ils ne vous auront pas dit catégoriquement « NON » ou, pire encore, qu’ils ne vous auront pas effacé de leur page Facebook, de leur liste de numéro de téléphone et qu’ils ne vous invitent plus jamais chez eux et font en sorte que vous n’ayez jamais existé dans leur vie.

De nombreux distributeurs n’arrivent tout simplement pas à croire que certaines personnes puissent refuser leur offre. Ils se disent « mais comment peut-on bouder un travail qui vous permet des horaires flexibles, de travailler à la maison, d’éviter le trafic, de gagner un revenu résiduel, de prendre des vacances quand on veut, d’être proche de notre famille et de voir grandir nos enfants ? Il faut être fou pour refuser une telle offre ! » Eh bien non ! Tout bonnement parce que ce n’est pas fait pour tout le monde. Par exemple nous savons que les médecins gagnent une petite fortune, alors je serais tenté de vous demander « Pourquoi tout le monde n’est pas médecin ? » Prenons mon cas, pourquoi ai-je fait des études universitaires en littérature plutôt qu’en médecine ? Pourtant en tant qu’enseignant au cégep, je gagne beaucoup moins qu’un simple médecin généraliste. Tout bonnement parce que je n’étais pas fait pour être médecin. Donc, je le répète, et ce, malgré tous les nombreux avantages de cela comporte…

Le marketing de réseau n’est pas fait pour tout le monde.

Jean-Philippe Hulin, un expert en marketing de réseau en France, pose la question suivante dans un de ces très intéressants blogues : « Faut-il vraiment se prostituer pour réussir en Marketing Relationnel ? » Bon, c’est vrai, me direz-vous, que la corrélation est un peu forte, certes, et loin de moi l’idée de comparer les distributeurs en marketing de réseau à des prostitués, mais il n’en demeure pas moins que si on regarde de plus près cette étrange comparaison au deuxième degré, elle a le mérite d’être intéressante. Plaçons-nous dans le contexte québécois, si vous le voulez bien.

Disons qu’un homme, par exemple, se promène au coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Laurent et qu’une prostituée le racole, convaincue que le prospect est là pour ça, proposant ces services haut de gamme et à prix très compétitifs, assuré que son offre des plus alléchantes ne puisse être refusée. L’homme en question qui, après avoir partagé un excellent souper chez des amis habitants le quartier, a décidé faire une petite promenade de santé, regarde perplexe la travailleuse du sexe, et légèrement mal à l’aise lui fait signe gentiment qu’il n’est pas intéressé par son « offre ». La prostituée, toujours aussi convaincue de son « irrésistible » opportunité, lui propose cette fois-ci une petite promotion, histoire de le convaincre du bienfondé de son offre. Encore une fois, l’homme refuse poliment et continue son chemin. Mais ne voulant pas lâcher le morceau, la prostituée, ne comprenant toujours pas comment on peut rejeter du revers de la main sa proposition, absolument persuadée que ce qu’elle offre à cet homme est unique, réitère pour une troisième reprise sa demande de façon un peu plus insistante, cette fois-ci, pour ne pas dire harcelante, suppliant même son « entêté » de prospect. Comment pensez-vous que l’homme en question va réagir après cette troisième tentative ? Probablement qu’il risque de dire à la prostituée, un peu moins poliment, de lui ficher la paix, qu’il n’est pas là pour ça et qu’il ne veut absolument rien savoir de sa répugnante offre puisqu’il est marié, père de famille et fidèle à sa femme. Par conséquent, la prostituée vient de perdre un client à vie. Et il serait très étonnant que cet homme puisse revenir la voir un jour pour lui dire que finalement son offre « unique et des plus attrayantes » l’intéresse.

Quand c’est NON c’est NON, ce n’est pas OUI ou PEUT-ÊTRE
ou JE VAIS Y PENSER, c’est simplement NON !

Bon, je le répète, cette comparaison n’est qu’une allégorie, une mise en contexte. Loin de moi l’idée de comparer le merveilleux travail en marketing de réseau à de la prostitution, mais avouons que la corrélation n’est pas tout à fait infondée. Disons qu’il y a une sacrée marge entre parler à plein de gens de votre opportunité d’affaires en MLM et leur courir après comme des sangsues assoiffées de sang frais. Si ces personnes sont vraiment intéressées, vous n’aurez pas à nécessairement sortir toute votre artillerie en matière d’argument pour les convaincre. Ils viendront à vous d’eux-mêmes. Ce n’est pas en leur répétant inlassablement tous les avantages d’adhérer à ce type d’entreprise ou de leur montrer votre dernier « gros » chèque de commissions que vous avez empoché le mois dernier qu’ils vont s’empresser d’apposer leur signature dans le bas de votre contrat d’adhésion faisant d’elles des leaders en marketing de réseau. Tout au contraire !

Certains mêmes, profondément écœuré de vous entendre répéter pour la millième fois les mêmes sempiternels arguments, et surtout pour ne pas vous faire de peine, ayant l’impression que vous êtes désespérés, vont accepter du bout des doigts de signer votre contrat d’adhésion, d’acheter leur trousse de démarrage qu’ils considèrent comme de l’argent perdu d’avance et de devenir distributeur, alors qu’ils n’en ont strictement rien à cirer. Alors qu’en fait, ils vont foutre votre contrat dans un vieux fond de tiroir, leur trousse de démarrage dans le garage, derrière les pneus d’hiver, et vous laisser croire aveuglément qu’ils vont devenir des leaders dans votre entreprise. Et tout ce qu’ils vont réussir à faire c’est de créer un vide dans votre organigramme et vous n’apportez absolument rien de positif, sauf de vous exaspérer (ce que vous avez probablement fait avec eux précédemment).

Avez-vous réellement besoin de ce type de distributeur dans votre équipe ? Je suis convaincu que non ! Alors, parlez-en au plus grand nombre possible de gens, mais de grâce, cessez de les relancer sans arrêt, d’assiéger leur boîte courriel, d’infester leur répondeur, de bombarder leur messagerie, voire d’empoisonner leur vie et de hanter leur nuit. Bon, vous voyez ce que je veux dire !

C’est assez clair, cessez tout ça immédiatement !

Au cours des dernières années, on a beaucoup parlé de harcèlement sexuel. Bon, vous allez dire que je suis un obsédé, mais vous allez comprendre où je veux en venir. Rappelons-nous le mouvement mondial MeToo dénonçant les agressions sexuelles dont les femmes (pour la grande majorité) étaient victimes. Ce mouvement laissait entre autres sous-entendre que lorsqu’une femme dit « Non » à des avances sexuelles, ça veut dire « Non », ça ne veut pas dire « Oui » ni « peut-être » ni « je vais y penser ». Ça veut dire tout simplement « Non ». Il me semble que ça le mérite d’être clair. Eh bien si quelqu’un à qui vous avez présenté votre opportunité d’affaires une fois, deux fois, trois fois et qu’il vous répète « Non » qu’il n’est pas intéressé, eh bien, ça veut dire « Non », pas « oui », pas « peut-être », pas « je vais y penser ». Ça le mérite d’être tout aussi clair, il me semble.

Il faut impérativement en MLM que vous deveniez un leader, un mentor, un exemple pour ceux et celles qui se joindront à vous. Ces gens-là vont fort probablement copier ce que vous faites et ce que vous leur enseignez. Alors, si vous harcelez continuellement tout le monde, les gens que vous aurez parrainés risquent de faire tout comme vous. Ils vont utiliser la même approche que vous, utiliser les mêmes arguments bidons, et s’acharner à convaincre tous ceux et celles qui croiseront leur route. Bref, ils vont harceler tout le monde. Et tout ce que ça va réussir à faire, c’est de donner raison à nos « fidèles » détracteurs qui croient (à tort) que le marketing de réseau n’est qu’une arnaque. Encore une fois, je suis convaincu que ce n’est pas de cette façon que vous voulez construire votre carrière de distributeur.

L’un des aspects les plus importants en marketing de réseau si vous voulez réellement réussir, c’est de créer en aval de vous une équipe de leaders qui seront véritablement prêts comme vous à réussir dans le merveilleux monde du MLM. Par conséquent, faites en sorte de leur montrer le bon exemple.

En conclusion, je m’avancerais à dire qu’il vaut bien mieux risquer de perdre dix mauvais distributeurs et d’en gagner qu’un seul qui deviendra un véritable leader pour votre équipe puisque pour construire une équipe solide, performante, motivée et désireuse de réussir, il faut que les gens se joignent à vous parce qu’ils le désirent véritablement et non pas pour vous faire plaisir ou pire encore puisqu’ils ont pitié de vous. S’ils se sentent harcelés, un jour ou l’autre, et probablement à très court terme, ils vont quitter le bateau et vous en vouloir de les avoir forcés à monter à bord et, inévitablement, votre beau château de cartes va s’effondrer plus vite qu’il vous en a fallu pour le construire.

Sachez que dans votre équipe,
vous avez besoin de gagnants pas de perdants.

Alors cessez de harceler !

N’hésitez pas à laisser un commentaire et à comptabiliser le nombre d’étoile pour la qualité de l’article. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.